Dernières opérations

Catégorie : Blog

mars 13, 2018
cicatrices courtes après réduction mammaire

.

Choisir de se faire réduire la poitrine n’est pas une décision à prendre à la légère. La réduction mammaire est une opération importante dont le docteur Vladimir Mitz, chirurgien esthétique à Paris et auteur du livre  » Chirurgie esthétique : pour ou contre « , nous explique les différentes étapes.

Lorsque la taille de la poitrine devient un handicap et crée des complexes, la réduction mammaire peut être une solution pour se réconcilier avec son corps. Mais avant de se lancer, il est important de bien se renseigner sur cette délicate opération de chirurgie esthétique.

QUELLES INDICATIONS POUR UNE RÉDUCTION MAMMAIRE ?

Deux raisons justifient le recours à une réduction mammaire : la raison fonctionnelle et la raison esthétique.  » Fonctionnelle, car des seins lourds et imposants créent des douleurs dans le dos et sont handicapants dans la vie de tous les jours, pour faire du sport par exemple « , explique le docteur Vladimir Mitz, chirurgien esthétique à Paris.  » Et esthétique, car des seins volumineux déforment la silhouette, ont tendance à tomber et la personne est constamment obligée de porter un soutien-gorge « .

Il faut savoir qu’un sein normal, de bonnet B ou C, pèse environ 400 grammes.  » C’est à partir d’un bonnet E, et surtout F, que les patientes les jugent trop gros et demandent parfois une réduction « , détaille le chirurgien. Ainsi, lorsqu’au minimum 300 grammes sont retirés par sein, cela est considéré comme une chirurgie réparatrice et est pris en charge par la Sécurité Sociale.

COMMENT SE DÉROULE L’OPÉRATION ?

Avant l’opération, le chirurgien va réaliser des dessins préopératoires sur la patiente. Sous anesthésie générale, cette dernière est assise lors de l’opération.  » Cela facilite la sculpture du sein « , précise le médecin. Ensuite, le chirurgien enlève la partie profonde de la glande, au plus près du muscle pectoral. La quantité de graisse enlevée varie selon l’âge.  » Une femme plus âgée, proche de la ménopause peut bénéficier seulement d’une liposuccion, ce qui permet de réduire grandement les cicatrices « . Tout ce qui sera retiré de la poitrine sera examiné par le chirurgien et envoyé en laboratoire. Cela a pour but de vérifier qu’il n’y a pas de tumeur qui était dissimulée.  » C’est très rare et concerne seulement 1 cas sur 400 « .

Le sein est ouvert en trois endroits différents, qui laisseront donc 3 cicatrices : celle autour de l’aréole, celle verticale sous le sein et celle horizontale à la base du sein. Ces deux dernières forment un  » T « .  » Aujourd’hui, la cicatrice verticale a été allongé afin de faire des seins plus  » érotiques  » qui pointent plus vers l’avant, et la cicatrice horizontale a énormément diminué « , détaille le Dr Vladimir Mitz.

Y A-T-IL UNE PERTE DE SENSIBILITÉ ?

Après l’opération, le sein apparaît toujours un peu trop haut, car le chirurgien sur-corrige l’effet de la pesanteur afin d’anticiper, en fonction de la qualité des tissus, le fait que le sein va retomber.  » Le sein sera stabilisé dans les 4 à 6 mois suivant l’opération et les cicatrices deviennent jolies au bout de 2 ans « . Dans 5% des cas survient une perte de la sensibilité.  » L’insensibilité se produit le plus souvent dans des cas de réduction massive, soit plus de 500 g par sein « , précise le médecin. Dans la majorité de ces cas, la sensibilité revient avec le temps.

QUELLES PEUVENT ÊTRE LES COMPLICATIONS ?

Comme pour toute opération, plusieurs complications peuvent survenir :

  • la nécrose de l’aréole et du mamelon.  » Cela est très rare et réparable. Cette complication est majoritairement liée à une faute technique où le chirurgien a sectionné involontairement des vaisseaux sanguins « .

  • l’infection postopératoire.  » Elle est causée par un microbe issu du corps de la patiente (angine, infection urinaire…) d’où la nécessité d’une consultation avec l’anesthésiste avant l’opération, pouvant conduire à l’annulation de l’opération « .

  • un hématome post-opératoire. «  Sous l’effet d’un choc émotionnel, la tension de la patiente monte d’un coup ce qui fait sauter les caillots sanguins du sein fraîchement opéré comme un bouchon de champagne. Le sang se met alors à couler à l’intérieur du sein « .

Une réintervention n’est réalisée que dans 5% des cas. La cause est souvent une récidive de l’hypertrophie du sein dû à la croissance hormonale lorsque l’opération a été faite sur une jeune patiente ou qu’il y a eu une prise de poids, une grossesse, etc.  » Cela peut aussi être une correction de la symétrie qui n’est pas toujours facile à obtenir du premier coup « .

UNE OPÉRATION QUI A ÉVOLUÉ

Le suivi post-opératoire obéit à la règle des 6 :

  • Premier changement de pansement 6 jours après l’opération.  » Aujourd’hui les fils sont tous résorbables, il n’est donc pas nécessaire de les enlever « .

  • Contrôle de sécurité à la 6ème semaine, afin de voir si tout va bien.

  • Contrôle d’évaluation et de stabilisation au bout de 6 mois

Cette opération a beaucoup évolué depuis les dernières décennies. « Avant les patientes saignaient énormément au cours de l’intervention ce qui nécessitait des transfusions. Ce n’est aujourd’hui plus le cas, car le saignement a été énormément diminué grâce à des infiltrations d’adrénaline et de produits anesthésiants « , détaille le chirurgien. Aujourd’hui, dans 99% des cas, le mamelon et l’aréole sont intacts. Les techniques modernes permettent également au sein de garder sa fonction première qui est d’allaiter.

quels progrès récents en matière de réduction mammaire?

1)on infiltre de la lidocaïne adrénalinée afin de diminuer les pertes de sang per-opératoires: plus besoin de transfuser les patientes dans les suites parce qu’elles perdent très peu de sang!

2)les cicatrices sont raccourcies au maximum: on privilégie l’allongement de la cicatrice verticale sous aréolaire, ce qui rend le sein plus projeté vers l’avant, afin de raccourcir la cicatrice horizontale, qui mesure souvent moins de 6cm;

3)les cicatrices sont fermées par des fils résorbables et des sutures multicouches: d’où des cicatrices de plastie mammaire plus jolies, et finie la crainte de l’ablation des fils et des agrafes menaçantes!

4)les pansements post opératoires sont allégés au maximum; une simple brassière du commerce suffira, plutôt qu’emprisonner les seins après réduction mammaire, par des soutien gorges compressifs et compliqués à endosser!

5)La préservation de la capacité d’allaiter et la sauvegarde de la sensibilité des mamelons sont un must, qui devient plus aléatoire quand la réduction mammaire concerne des gigantomasties (réduction mammaire supérieure à 1 kilo par côté!);

novembre 23, 2017

Pourquoi une telle prise de poids dans les sociétés contemporaines les plus riches, mais aussi dans certains pays où l’alimentation favorise le stockage des graisses profondes ?

c’est ce que j’ai appellé « l’effet diplodocus« !

 

 

La première explication met en cause une mutation génétique chez certains individus, qui entraînerait (dans une société poussée aux excès alimentaires) une accumulation des graisses profondes et superficielles ;

 Rappelons que le stockage de la graisse excédentaire s’effectue à trois niveaux :

  1. Au niveau sous-cutané sous la forme de petites cellules graisseuses de la taille de graines de couscous ; cet amas superficiel peut disparaître par un régime poursuivi longtemps et assidûment, ainsi que par des dépenses caloriques liées à une activité physique intensive : par exemple se muscler en état de sueur pendant une heure 3 fois par semaine ;

  2.  au niveau  plus profond que la graisse superficielle, et  séparée d’elle par le fascia superficialis,  on trouve un stockage de graisse massive à certains endroits génétiquement programmés, sous la forme de lipomérie:  il s’agit de cellules géantes, boursouflées de composants adipeux; leur taille varie de la taille d’un grain de raisin à parfois un petit abricot ,comme par exemple au niveau de la culotte de cheval;  entre ces cellules géantes, il existe des cellules plates faute de place, mais qui peuvent stocker et reproduire la déformation , expliquant les récidives régionales après liposuccion. Cette graisse profonde ne disparaît pas par une restriction alimentaire ni par des exercices physiques, elle est figée et fixée à la suite d’un programme génétique encore mal connu ; elle ne peut disparaître que par destruction (chirurgie, liposuccion, ultrasons, laser, etc…)

  3.  À l’intérieur de notre corps autour des intestins, il existe une structure normalement filamenteuse et vasculaire qu’on appelle l’épiploon : celui-ci se charge de graisse équivalente à la graisse sous-cutanée, et qui peut disparaître par le régime et les activités physiques soutenues.

Ainsi, pour des raisons encore très mal connues, il semble que la population se modifie sur le plan de son aspect extérieur : dans les sociétés européennes il existe une augmentation de la taille moyenne des sujets mais aussi une prise de poids et une augmentation du périmètre abdominal qui caractérise l’effet diplodocus ; est-ce une réaction destinée à promouvoir une disparition plus rapide de cette population, dont l’espérance de vie est diminuée par cette accumulation graisseuse ? Les grands et lourds dinosaures ont disparu de la surface de la terre pour des raisons encore mystérieuses, mais leur gigantisme n’a pas aidé à la survie de l’espèce…

A ce stade de l’évolution de la société, il est difficile d’être affirmatif ; en tout cas les progrès de la médecine préventive et curative s’acharnent à contrôler cette évolution apparemment néfaste, qui serait ainsi une simple adaptation à un mode de vie différent de celui de nos ancêtres.

novembre 20, 2017

Chirurgie esthétique à Paris: reconstruction du sein après cancer, les news

La reconstruction des seins après un cancer  vit un moment de plénitude!

De nombreuses techniques sont proposés aux patientes atteintes d’un cancer du sein; Parfois la reconstruction se fait immédiatement après l’ablation de la tumeur du sein cancéreux; parfois elle se fait après très fort un certain délai, ce qui est plutôt favorable pour l’état psychique et physique pour la patiente: elle aura ainsi le temps de digérer sa terrible histoire, et de décider de la meilleure technique de reconstruction à tête reposée;

reconstruction du sein après cancer: sans cesse de nouvelles techniques

Parmi les techniques qui sont en pointe,  la reconstruction par le lambeau  de peau et de graisse abdominale transférées par microchirurgie(le DIEP) a la faveur de nombreuses équipes hospitalières; cette technique est plus délicate  à accomplir dans une  clinique privée, car elle consomme beaucoup de temps de bloc opératoire, et impose une surveillance assidue;elle est complexe à réaliser dans une  structure  légère comme celle des établissements privés;

reconstruction du sein après cancer: la technique en 2 ou 3 temps

C’est pourquoi je continue de favoriser une reconstruction en deux ou trois  temps:

  1.  le premier temps consiste la mise en place d’une prothèse mammaire pour refaire le volume du sein enlevé; en même temps on peut symétriser le sein “normal”  afin que la patiente bénéficie du plus grand confort post-opératoire;

  2.  dans un deuxième temps quelques mois plus tard, on  pourra refaire l’aréole et le mamelon; le  tatouage a actuellement  le vent en poupe,  mais je préfère de loin une reconstruction plus artisanale, qui  dure plus dans le temps: l’aréole  est reconstruite par une greffe de peau crurale; le mamelon est reconstruit par une greffe d’un tiers du mamelon normal,ou par un petit fragment du lobule de l’oreille;

  3. un troisième temps de raffinement peut s’avérer utile, pour mieux symétriser ou remonter le sein sain qui retomberait un peu

il n’est pas rare d’associer un lipofilling(greffe de votre propre graisse) pour parfaire le résultat et obtenir une symétrie remarquable;

Ajoutons que la reconstruction du sein après un cancer ne provoque aucune  relance du processus cancéreux!

 

cicatrice après mastectomie

1 reconstruction du sein: mastectomie totale

reconstruction du sein par prothèse interne

2 le premier temps de reconstruction par implant est de placer une prothèses fiable pour créer un volume et de symétriser le sein restant

 

résultat d’une reonstruction du sein après acancerpar implant profond, et greffe de l’aréole et du mamelon

 

 

 

novembre 9, 2017

Maigrir avec ou sans chirurgie, par le Dr Vladimir Mitz. Chirurgie esthétique Paris

Etre chirurgien esthétique à Paris  offre le gros avantage de pouvoir être au courant des dernières techniques chirurgicales qui  permettent un ‘amaigrissement rapide; ces gestes opératoires conduisent ainsi à ce que l’on a appelé la chirurgie bariatrique; cette chirurgie qui se développe considérablement dans les pays riches  tente, par un amaigrissement massif forcé, de diminuer les complications de type diabète , les troubles articulaires par compression, les surcharges cardiovasculaires;

Ceci permet de prolonger l’espérance de vie!

Ce point fondamental a été a été prouvé par la confrontation de nombreuses statistiques mondiales.

La perte de poids et de périmètre abdominal  permettrait de gagner jusqu’à 10 ans de prolongation de notre durée de vie à condition d’avoir un BMI (Body mass Index)satisfaisant;

Les méthodes chirurgicales qui sont proposées par nos collègues  chirurgiens spécialistes de la chirurgie digestive dans les hôpitaux parisiens et mondiaux  consistent en un rétrécissement de l’estomac(sleeve gastrectomy),  en de bypass(courts circuits digestifs),  et un peu moins souvent maintenant  des lassos  placés à la jonction entre l’oesophage  et l’estomac;

L’amaigrissement obtenu par ces méthodes varie grandement selon les techniques mais peut atteindre une centaine de kilos pour un patient qui pèse 200 kg;

Je tiens à souligner qu’il s’agit de méthodes d’amaigrissements extrêmes;

Pour de petites obésités, bien plus communes, un  régime  adapté, et une activité sportive régulière devraient permettre, par une autodiscipline rigoureuse, de perdre du poids inutile et ainsi espérer prolonger sa vie en bonne santé.

le gros ventre est symptomatique d’une société hyper carnivore!

Nous les chirurgiens esthétiques sommes confrontés actuellement aux séquelles inesthétiques des amaigrissements massifs  en différents endroits du corps; la suite au prochain article, de chirurgien esthétique à  paris!

 
 
novembre 29, 2016

Le congrès de notre société savante vient de se tenir à Paris; parmi les thémes de chirurgie esthétique, et réparatrice, j’ai été fasciné par la chirurgie esthétique asiatiquen notamment Coréene du Sud.

les opérations faites par nos collègues  adroits et inventifs ont ait de la Corée du Sud le pays où s’effectuent le plus d’opérations esthétiques au monde!

Les opérations vedettes sont:

  1. la création de pli à la paupière supérieure pour rajeunir le regard
  2. les rhinoplasties ethniques en rajoutant un implant silconé qui reforme une arête élégante
  3. la retaille des angles mandibulaires trop proéminents qui donnent un visage carré , ce qui crée un jolis minois en V
  4. les profiloplasties, avec avancée du menton, et rhinoplastie, voire des ostéotomies es machoires pour enjoliver considérablement la face si elle est trop longue.

Certaines patientes très défavorisées par leur apparence ont pu devenir actrices  ou mannequins!

ci dessous quelques essins que j’ai fait pendant les séances pour illuster cette nouvelle chirurgie esthétique:

p1100153

chirurgie  2016 sofcpre: thème du congrès

p1100151

chirurgie  souhaitée par profiloplastie

p1100154

chirurgie esthétique du visage en Corée

p1100152_ink_li

chirurgie réparatrice faciale par lambeau microchirurgical

avril 27, 2015

BOTOX

 

medecine esthetique:TOXINE BOTULIQUE : UN ANTI-RIDES MAJEUR

Utilisée en France depuis une vingtaine d’années dans le traitement des spasmes musculaires de la face et du cou, la Toxine, Botox-Vistabel, injectée en médecine esthétique pour lisser certaines parties du visage, est une substance sécrétée par la bactérie du botulisme. Isolée et finement dosée, elle empêche la contraction musculaire.

Pour qui ?

quand il existe des rides et une hypercontraction des muscles peauciers du visage

Ce traitement peut être utilisé en prévention sur les ridules dès la trentaine avec des injections très faiblement dosées et poursuivi sans limite d’âge.

pourquoi ça marche?

Chaque muscle possède de nombreux récepteurs commandés par des influx nerveux. Le rôle de la Toxine Botulique est de bloquer un certain nombre d’entre eux à l’endroit de l’injection, afin d’affaiblir, voire de supprimer la capacité du muscle à se contracter. Ainsi, certaines rides disparaissent, en particulier les rides horizontales du front, les rides verticales inter-sourcilières et les rides de la patte d’oie.

Le déroulement d’une séance.

Dosé en faible quantité lors de la première séance afin de pouvoir en mesurer les effets quelques jours plus tard, et d’effectuer éventuellement une retouche. Le produit est localement et précisément injecté dans les muscles spécifiques, avec une aiguille extrêmement fine qui ne laisse absolument aucune marque.

ma technique personnelle

je repique systématiquement après 1 mois, afin de  potentialiser  l’effet de la toxine ,corriger les éventuels défauts après une seule injection  et faire durer ainsi  plus longtemps le bon résultat qui peut dans les bons cas se prolonger pendant 8 mois à 1 an! 

les patientes payent un forfait pour ne pas  etre pénalisées..

Le nombre de séances.

au moins 2 séances au départ,séparées par 1 mois d’intervalle

Après trois ou quatre séances réalisées à environ trois à six mois d’intervalle, l’effet perdure plus longtemps.

Par la suite, une à deux séances d’entretien par an peuvent suffire à maintenir les résultats.

Est-ce que cela fait mal ?

dentique à celle d’une piqûre traditionnelle, la petite douleur parfois ressentie sur certaines zones plus sensibles disparaît dès la fin de l’injection.

une préparation par pommade EMLA est possible sur demande au cabinet!

Les suites.

  Visibles seulement quelques jours après l’injection,des petits bleus peuvent apparaitre;

les petits dômes d’injection disparaissent en 6 heures après les piqûres;

les résultats perdurent en moyenne pendant trois à six mois.

L’un des grands avantages de la Toxine Botulique : Botox-Vistabel, est que, les muscles perdent peu à peu l’habitude de se contracter;

les effets  augmentent au fil des séances. Après la première, il arrive que certains patients ressentent de légers maux de tête ou remarquent un petit gonflement des paupières, voire de légers hématomes. Si elles surviennent, ces réactions disparaissent très rapidement.

beaucoup de patientes signalent l’effet bénéfique des injections de botox sur leurs migraines récurrentes!

MÉDECINE ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE ESTHÉTIQUE VOIENT LEURS TECHNIQUES SE CONJUGUER POUR AMÉLIORER VOTRE APPARENCE!

injection de botox avant

 

après 2 injections de botox

avril 26, 2015

laurent terzieff âgé

laurent Terzieff jeune

LA RETOUCHE DANS LE Dla retouche en matière lifting cervicofacial  ou même de microlift interesse environ 5% des patients, à cause de la fracture invisible à l’oeil nu,des fibres élastiques du derme et du SMAS!

Peu d’opérations demandent autant de précision et de constance dans le résultat que le lifting cervico-facial, partiel ou total.

Les patientes sont extrêmement exigeantes en ce qui concerne la qualité et la stabilité des résultats.Mais la retouche fait partie des infos que l’on donne au cours des premières consultations , car elle doit toujours être envisagée pour parvenir au meilleur résultat possible!

pourquoi une retouche?

Toute détérioration qui peut survenir (entre 6 mois et 1 an après l’acte opératoire)  rend les patientes insatisfaites, très en colère: elles exigent une réparation.

Ce d’autant plus qu’il y a un œdème post opératoire important ; elles se rendent bien compte que les tissus ont alors été distendus par l’œdème inattendu et inquiétant.

Elles craignent que le résultat ne sera pas aussi merveilleux que ce à quoi le chirurgien les avaient engagé à espérer ; elles sont demandeuses d’une reprise aussi rapide que possible, presque en urgence.

accepter une retouche?

pour les patientes insatisfaites, la retouche est quasiment exigée, mais son tarif fait peur!

Au demeurant, ipour nous chirurgiens, l faut être assez large dans ces indications de retouches ; on peut distinguer plusieurs types :

1- La retouche minime partielle : en fait une simple reprise des cicatrices qui sont distendues au niveau cervical, temporal, ou pré-auriculaire, avec un décollement cutané modéré.
2- Une reprise avec décollement cutané segmentaire étendu : soit au niveau des bajoues, soit au niveau du cou, voire les deux.
3- Une reprise totale avec réfection complète de l’opération  et parfois adjonction d’un geste encore plus important sur le smas génio parotidien ou le plastysma.

L’indication de chacune de ces reprises doit être exposée, compte tenu de ce qui a été fait antérieurement, de la psychologie propre de la patiente, et aussi des possibilités financières qui résultent d’une négociation assez ardue.

En effet, pour les patientes, la retouche chirurgicale fait totalement partie de l’engagement du premier paiement, sorte de contrat à durée indéterminée.

comment évaluer le coût de la retouche?

Pour nous, entrent en ligne de compte d’autres facteurs :
– détérioration liée au mode de vie,
– mauvaise hygiène alimentaire,
– facteur génétique non contrôlable,
– exigence particulière de la patiente,
– vieillissement subit, inattendu et assez brutal.

Il n’y a donc pas de règle en ce qui concerne le montant financier à évaluer de la retouche chirurgicale;le fait de chiffrer des honoraires de retouche n’est pas scandaleux, mais sera expliqué et dicuté en fonction de chaque cas particuler ,pour servir au mieuxles intérêts réciproques..

Il est bien entendu que les frais de clinique et d’anesthésie doivent être payés par la patiente ; Mais les honoraires chirurgicaux doivent être calculés avec encore plus de tact et de mesure de façon à ne pas froisser la patiente et la conduire à aller consulter quelqu’un autre, qui aura beau jeu de médire du premier chirurgien ;
d’autre part il faut faire comprendre à la patiente qu’il y a néanmoins un risque ; seul l’argent à payer la fera réfléchir, comme le disait notre maître Raymond VILAIN.