Chirurgie esthétique Maladie de Dupuytren (suites opératoires)

avril 27, 2015

Vous venez d’être opéré(e) d’une maladie de Dupuytren

c’ est une maladie bénigne où il se produit une rétraction des tissus situés entre la peau et les tendons de la main,mais aussi au niveau parfois de la plante des pieds,et très rarement au niveaudu sexe masculin  .

 

Il ne s’agit absolument pas d’une lésion grave ou cancéreuse, mais d’un phénomène de rétraction le plus souvent d’origine congénitale ,exceptionnellement post-traumatique.

 

L’opération va consister au travers d’une incision, à extirper tout le tissu pathologique en évitant de faire des dégâts au niveau des nerfs, des tendons, et des vaisseaux sous-jacents.

Le pansement que vous avez au moment du réveil est destiné à comprimer doucement les éléments qui ont été décollés et opérés. Il vaut mieux garder le membre surélevé à peu près à la hauteur du cœur ; ce qui diminue le risque d’hématome post-opératoire.

 

Le premier pansement sera défait à la demande du chirurgien ; il se peut que se soit vers le 4ème ou le 5ème jour dans les cas précis ou il est nécessaire d’adapter et de mettre en place une attelle d’extension ; à ce moment là le kinésithérapeute mettra en place l’attelle qui permettra de tirer doucement sur votre doigt ; il faudra la porter d’une façon intermittente et discontinue, environ 2 ou 3 heures plus l’enlever et la remettre.

 

Quelquefois le chirurgien juge nécessaire que l’attelle soit portée la nuit. Le port de cette attelle est intéressant pendant les deux mois qui suivent l’intervention car elle complète l’action du chirurgien qui ne peut aller libérer toutes les rétractions, notamment celles qui siègent au voisinage immédiat des articulations.

 

Dans le cas d’une opération d’une maladie Dupuytren simple, une rééducation simple, une rééducation douce peut être commencée en vous asseyant la main à plat sous les fesses.

 

Dès le 1er pansement, vous pourrez vous lavez les mains à l’eau du robinet et sécher les plaies au sèche-cheveux tiède. Il faudra examiner soigneusement la sensibilité au bout des doigts : vérifier si elle est conservée et si le doigt a bien rosi.

Si vous avez des douleurs ou des lancements, il faut avertir l’infirmière et le pansement sera enlevé plus tôt.

Les seuls petits risques sont concrétisés par un hématome qui reste enfermé dans la plaie, qu’il suffira de rouvrir un peu pour l’évacuer. Vous pourrez mettre de vaseline sur les croûtes pour aider à les faire tomber.