Lipolift (liposuccion cou,lifting cou,cou gras,cou empaté)

avril 27, 2015

Vous vous réveillez d’un lipolift

 

Le but du lipolift est de parvenir à conjuguer 2 mécanismes d’action :
1 – Dégraisser la partie basse du visage au niveau des bajoues et du cou ;
2 – D’autre part utiliser les capacités de rétraction des tissus qui sont de l’ordre de 10 à 30% en fonction la qualité du réseau élastique dermique (effet lifting).

 

Ainsi, cette opération permet par l’intermédiaire d’une toute petite cicatrice située au devant de chaque oreille, et au niveau du creux du menton ( la partie la plus avancée du cou), de travailler sur toute la moitié inférieure du visage. En bas, le dégraissage se fait de façon très étendue, pratiquement jusqu’à la base du cou.

Ce type d’intervention ne peut se faire que sous anesthésie locale potentialisée : l’anesthésiste injecte une drogue qui diminue l’anxiété et l’agitation ; ce qui permet au chirurgien de faire une anesthésie locale sans même que la patiente ne s’en rende compte. Une minime canule est alors introduite au niveau des zones concernées, et par une aspiration douce, les tissus graisseux sont progressivement retirés. Un maillage très rigoureux est nécessaire pour avoir une bonne homogénéité de la rétraction.

 

En post-opératoire, dans certains cas mais pas toujours, le port d’une contention élastique douce est utile de façon à obtenir une rétraction des tissus : Cette contention se fait essentiellement par le port d’un bandeau de tennis qui est placé en bandoulière autour du visage et du cou pour bien comprimer la région des bajoues. Mais rappelons-le, ce n’est pas toujours nécessaire.

Les suites post-opératoires peuvent être marquées par des hématomes parfois impressionnants mais rarement.

Dans 30 % des cas, les patientes sont à peine gonflées. A l’inverse, dans 1/3 des cas l’œdème est assez important.

 

Le résultat de l’opération apparaît dès le lendemain matin puis à tendance à se dégrader dans la mesure où il y a une sécrétion

de lymphe et des hématomes qui reproduisent la déformation initiale. Puis, progressivement, le dégonflement se produit.

 

Vers 6 semaines il y a même des petits risques de rétraction sous-cutanée avec des zones plus ou moins régulières et une sorte de capiton pour lequel, parfois des massages ou parfois une simple patience permettront d’obtenir une bonne amélioration finale.

Le résultat est considéré comme excellent et stable entre 2 et 4 mois après l’opération. Les suites post-opératoires sont également marquées par des douleurs très peu intenses, plutôt modérées.

 

Des petits points résorbables ou non sont mis sur les points d’entrées des canules. Leur ablation est utile entre 5 et 8 jours après l’intervention, sauf dans le cas de fils résorbables qui tomberont tout seul au bout qu’une quinzaine de jours. On peut considérer cette opération comme présentant un effet lifting réel à la partie basse du visage.

 

Le lipolift est d’ailleurs très souvent pratiqué au cours d’un grand lifting cervico-facial, comme geste initial à l’intervention du lifting lui-même. Il contribue ainsi très efficacement à la qualité de la dissection sous-cutanée, et participe aux modalités de rétraction que le chirurgien souhaite pour obtenir un effet rajeunissant. De plus, la diminution des masses graisseuses au niveau du cou et des bajoues contribue efficacement à rétablir un visage plus juvénile.

 

Le lipolift est donc une opération tout à fait remarquable dont les effets ont été décrits depuis une vingtaine d’années grâce aux travaux d’ILLOUZ chirurgien français qui a inventé la méthode de liposuccion. Assez rapidement, elle a été appliquée au niveau du visage ; régulièrement ses bienfaits sont constatés chez de multiples patients très heureux d’avoir eu cette opération assez bénigne et très efficace.

 

Les complications du lipolift sont rares. En dehors des cas très rares d’infection à traiter par mise sous antibiotiques et drainage, on a signalé quelques cas de lésions du nerf mandibulaire qui est le nerf qui fait bouger la lèvre inférieure. Il s’agit d’une simple irritation du nerf qui ne peut être sectionné car les canules sont mousses et leur mouvement très régulier.

Le travail à la main est ainsi supérieur aux ultra sons où il y a un risque d’arrachage notamment aussi lorsque l’on utilise des canules vibrantes. La récupération se fait en 6 semaines à 3 mois. Une dernière complication est la patiente insatisfaite du résultat :

 

1 – soit parce que trop de graisse a été enlevée ce qui entraîne une rétraction trop importante des tissus des zones d’adhérences et un capiton de zones résiduelles. Dans ce cas, une reprise chirurgicale avec re-injection de graisse peut être proposée.

2 – soit par l’insuffisance de l’action chirurgicale : une asymétrie imposant une petite retouche chirurgicale qui en générale donnera satisfaction.

 

En définitif, le lipolift est une formidable opération, car c’est une opération bénigne qui donne un grand résultat, par de toutes petites cicatrices, ce qui est tout à fait typique des opérations modernes de la chirurgie esthétique.

Posted in Chirurgie esthétique by admin | Tags: