Dernières opérations

Étiquette : chirurgie esthetique paris

avril 27, 2015
aspect d

Lipolift, degraissage du cou, liposuccion cou, lifting cou, cou gras, sont des des  déformations nécessitant des opérations fréquentes,associées au lifting cervico-favial biplan

lipolift avant

patiente au cou gras avant

la graisse enlevée est recueilliel

aspect de la graisse enlevée par lipolidt,150gr

aspect d'un lipolift après

patiente opérée d’un lipolift isolé

.

Vous vous réveillez d’un lipolift

Le but du lipolift est de parvenir à conjuguer 2 mécanismes d’action :
1 – Dégraisser la partie basse du visage au niveau des bajoues et du cou ;
2 – D’autre part utiliser les capacités de rétraction des tissus qui sont de l’ordre de 10 à 30% en fonction la qualité du réseau élastique dermique (effet lifting).

Une vidéo à voir:www.dailymotion.com/video/x3fm5hm

Ainsi, cette opération permet par l’intermédiaire d’une toute petite cicatrice située au devant de chaque oreille, et au niveau du creux du menton ( la partie la plus avancée du cou), de travailler sur toute la moitié inférieure du visage. En bas, le dégraissage se fait de façon très étendue, pratiquement jusqu’à la base du cou.

quelle anesthésie pour un lipolift ou dégraissage du cou?

Ce type d’intervention ne peut se faire que sous anesthésie locale potentialisée  ou anetnésie générale légère : l’anesthésiste injecte une drogue qui diminue l’anxiété et l’agitation ; ce qui permet au chirurgien de faire une anesthésie locale sans même que la patiente ne s’en rende compte. Une minime canule est alors introduite au niveau des zones concernées, et par une aspiration douce, les tissus graisseux sont progressivement retirés. Un maillage très rigoureux est nécessaire pour avoir une bonne homogénéité de la rétraction.

quels soins post-opératoires après un lipolift ou dégraissage du cou?

En post-opératoire, dans certains cas mais pas toujours, le port d’une contention élastique douce est utile de façon à obtenir une rétraction des tissus : Cette contention se fait essentiellement par le port d’un bandeau de tennis qui est placé en bandoulière autour du visage et du cou pour bien comprimer la région des bajoues. Mais rappelons-le, ce n’est pas toujours nécessaire.

Les suites post-opératoires peuvent être marquées par des hématomes parfois impressionnants mais rarement.

Dans 30 % des cas, les patientes sont à peine gonflées. A l’inverse, dans 1/3 des cas l’œdème est assez important.

quelle évolution après lipolift ou dégraissage du cou?

Le résultat de l’opération apparaît dès le lendemain matin puis à tendance à se dégrader dans la mesure où il y a une sécrétion;

Des petits points résorbables ou non sont mis sur les points d’entrées des canules. Leur ablation est utile entre 5 et 8 jours après l’intervention, sauf dans le cas de fils résorbables qui tomberont tout seul au bout qu’une quinzaine de jours. On peut considérer cette opération comme présentant un effet lifting réel à la partie basse du visage.

de lymphe et des hématomes qui reproduisent la déformation initiale. Puis, progressivement, le dégonflement se produit.

Vers 6 semaines  postop ,il y a même des petits risques de rétraction sous-cutanée avec des zones plus ou moins régulières et une sorte de capiton pour lequel, parfois des massages ou parfois une simple patience permettront d’obtenir une bonne amélioration finale.

Le résultat est considéré comme excellent et stable entre 2 et 4 mois après l’opération. Les suites post-opératoires sont également marquées par des douleurs très peu intenses, plutôt modérées.

quand faut-il envisager un lipolift ou liposuccion du cou?

Le lipolift est d’ailleurs très souvent pratiqué au cours d’un grand lifting cervico-facial, comme geste initial à l’intervention du lifting lui-même. Il contribue ainsi très efficacement à la qualité de la dissection sous-cutanée, et participe aux modalités de rétraction que le chirurgien souhaite pour obtenir un effet rajeunissant. De plus, la diminution des masses graisseuses au niveau du cou et des bajoues contribue efficacement à rétablir un visage plus juvénile.

 

Le lipolift est donc une opération tout à fait remarquable dont les effets ont été décrits depuis une vingtaine d’années grâce aux travaux d’ILLOUZ chirurgien français qui a inventé la méthode de liposuccion. Assez rapidement, elle a été appliquée au niveau du visage ; régulièrement ses bienfaits sont constatés chez de multiples patients très heureux d’avoir eu cette opération assez bénigne et très efficace.

les complications du lipolift ou dégraissage du cou:

Les complications du lipolift sont rares. En dehors des cas très rares d’infection à traiter par mise sous antibiotiques et drainage, on a signalé quelques cas de lésions du nerf mandibulaire qui est le nerf qui fait bouger la lèvre inférieure. Il s’agit d’une simple irritation du nerf qui ne peut être sectionné car les canules sont mousses et leur mouvement très régulier.

Le travail à la main est ainsi supérieur aux ultra sons où il y a un risque d’arrachage, notamment  lorsque l’on utilise des canules vibrantes. La récupération se fait en 6 semaines à 3 mois.

Une dernière complication est la patiente insatisfaite du résultat :

1 – soit parce que trop de graisse a été enlevée ce qui entraîne une rétraction trop importante des tissus des zones d’adhérences et un capiton de zones résiduelles. Dans ce cas, une reprise chirurgicale avec re-injection de graisse peut être proposée.

2 – soit par l’insuffisance de l’action chirurgicale : une asymétrie imposant une petite retouche chirurgicale qui en générale donnera satisfaction.

conclusion du lipolift ou dégraissage du cou

En définitif, le lipolift est une formidable opération, car c’est une opération bénigne qui donne un grand résultat, par de toutes petites cicatrices, ce qui est tout à fait typique des opérations modernes de la chirurgie esthétique.

avril 27, 2015
dessin vladimir mitz

Vous venez de subir l’ablation de la peau et de la graisse qui formait une saillie disgracieuse au niveau de votre fessier, ou de l’intérieur de la cuisse selon les cas.

Cette opération a permis de re-sculpter la fesse et le tour de la cuisse. Les points de suture qui ont été mis en place sont retirés progressivement en partie le 8ème jour et le restant vers le 15ème jour post-opératoire.

Parfois, nous mettons des fils résorbables en 15 jours environ. Au début, il sera difficile de vous mettre en position assise ; il vaut mieux être soit debout soit couchée.

Faites vous aider au besoin par une voisine ou par un membre de votre famille ou par une infirmière.

Vous pourrez faire vos besoins en écartant bien les cuisses : une échancrure pelvienne est pratiquée dans le pansement pour éviter son ablation les premiers jours.

Une toilette après les besoins est tout à fait nécessaire (douche puis séchoir à cheveux). Dès que le pansement sera enlevé vers le 3ème jour, votre vie va être bien plus facile. Vous pourrez dès lors vous doucher et sécher les plaies opératoires au sèche cheveux.

Tentez très progressivement de prendre une position assise, mais en étant très précautionneuse pour ne pas rompre les coutures.

Vous pouvez dormir dans la position qui vous convient mais noter que la position sur les côtés est tout à fait excellente pour éviter que les hématomes ne s’accumulent. Cette position est recommandée surtout en changeant de côté toutes les 3 ou 4 heures.

Il n’y a pas de risque de douleurs intenses, mais si vous avez une douleur qui lance, notamment la nuit, appelez l’infirmière, il peut s’agir d’un hématome qui s’est collecté.

En général, un petit pansement suffira à traiter ce problème mais il est possible qu’une évacuation chirurgicale apparaisse souhaitable. Ceci reste tout à fait rare.

Lorsque les derniers fils ou agrafes seront enlevés vers le 21ème jour, vous pourrez pratiquement vivre normalement.

Il se peut que des bleus coexistent dans les zones ou une aspiration complémentaire aura été pratiquée.

Après 6 semaines, toutes les activités normales sont autorisées y compris le sport et la natation.

Les cicatrices vont rougir progressivement vers le 3ème ou le 4ème mois, parfois s’écarter un peu.

Elles ne seront très jolies qu’au bout d’un ou deux ans et en général ; vous pourrez les cacher assez aisément car la partie interne de la cicatrice est dans le sillon de la fesse et la partie externe sera recouverte par le maillot.

S’il existait la moindre anomalie au niveau de la cicatrice, prévenez-nous.

Il sera alors possible sous anesthésie locale, de faire une petite retouche.

Il se peut également, que des petites saillies disgracieuses persistent et correspondent à l’accumulation de graisse qui s’est cloisonnée en post-opératoire.

Dans ce cas, un petit geste chirurgical par aspiration sous anesthésie locale pourra se révéler intéressant.

N’hésitez pas à revenir consulter car ces opérations ne mettent absolument pas votre vie en danger et sont assez délicates sur le plan technique : il vaut mieux que le chirurgien prudent puisse vous faire une retouche discrète plutôt qu’une ablation trop importante avec séquelles qui peuvent être graves.

Cette opération permet de réaliser un véritable tour de la fesse et de la cuisse, parfois de la face interne de la cuisse.

Bien que les cicatrices importantes en soient la rançon, le résultat obtenu est un galbe très satisfaisant et une remontée du « collant » cutané qui était écroulé.

Cette intervention permet parfois de corriger certains désastres liés à des liposuccions exagérées avec aspect en « tôle ondulée » insupportable.

L’association à une résection cutanée au niveau des hanches réalise alors un « BODY LIFT »,avec cicatrice circulaire autour de votre corps.

avril 27, 2015

LES LIFTINGS ET SES VARIANTES

 

L’opération de lifting consiste à rajeunir l’apparence du visage par une opération combinant à la fois une remise en tension de la peau, des structures sous cutanées et notamment du Système Musculo Aponévrotique Superficiel ( SMAS) de la face.

 

Il est possible pendant l’opération de faire un rajeunissement global du visage au niveau de la région des paupières par une blépharoplastie supérieure et inférieure, un rajeunissement frontal soit par voie endoscopique ou par ruginage des muscles ou par injection de Botox ; également des remplissages de la région des sillons naso-géniens, des lèvres supérieures et inférieures, au niveau de la zone muqueuse mais aussi au niveau de la lèvre blanche.

 

Il s’agit donc d’une opération assez complexe dans son organisation et dans sa pratique, qui doit tenir compte d’une part de la réalité des déformations constatées, de la vitesse du vieillissement, de la qualité des téguments, mais aussi de ce que la patiente désire : c’est l’élément qui sera déterminant.

 

En fonction de l’âge et des déformations, il est possible de combiner un certain nombre d’interventions ou de n’en faire que certaines composantes.

 

Très souvent les patients demandent une amélioration au niveau de la région du cou qui est empâté, gras, avec une peau distendue.

 

Or, les réparations « isolées » au niveau de la région cervicale imposent néanmoins la remise en tension du visage vers le haut : ce vecteur vertical est fondamental pour pouvoir soutenir le cou qui s’écroule progressivement.

 

Par contre, les opérations de re-tension de la partie haute du visage peuvent se faire isolément : lifting temporal ou lifting facial supérieur ; l’intérêt de ces liftings partiels est de ne s’adresser qu’à une partie du visage qui est vieilli, ce qui peut se voir chez les patients assez jeunes qui ont une déformation débutante, encore peu marquée.

 

C’est pourquoi l’analyse attentive du chirurgien examinant le patient est tellement importante.

 

Je m’aide de photographies pré opératoires, de photographies très anciennes à titre comparatif, d’une éventuelle situation de l’état familial : si la patiente ressemble à un membre de sa famille, ces déformations seront très certainement correspondantes.

 

L’opération de lifting est lourde et chère. Lourde parce que minutieuse et longue, chère parce que c’est l’opération « reine » de notre spécialité.

 

Elle prend du temps et impose beaucoup de minutie.

Les complications des liftings peuvent être nombreuses entre des mains inexpérimentées, plus rares entre des mains confirmées.

 

La survenue d’hématomes ou de paralysie est très rare.

Les paralysies faciales ne se voient qu’exceptionnellement et sont transitoires, surtout entre des mains qui ont l’habitude de l’intervention.

 

Une dégradation précoce peut par contre se produire entre 6 mois et 1 an après l’opération, à cause d’une qualité désastreuse de la qualité de la peau qui peut être vieillie par le soleil ou le tabac, ce qui entraîne une rupture des fibres élastiques.

 

Lorsque ce phénomène détesté se produit, une retouche à 1 an avec un tarif réduit est possible.

 

En tout cas, l’opération de lifting est une opération merveilleuse à deux conditions :

 

1° Personne ne doit s’apercevoir qu’une opération de rajeunissement a été faite ! Ce qui impose des cicatrices bien cachées et des vecteurs parfaitement adaptés, pour ne pas créer de distorsion ou de déformation.

2° Que la patiente accepte l’idée que l’amélioration après l’opération est progressive ; le maximum de résultat post-opératoire est obtenu entre 2 et 4 mois après l’intervention, en fonction du type de peau ou de la présence ou non d’hématome ou de petites rétractions post-opératoires qui peuvent survenir.

 

C’est certainement l’opération la plus angoissante pour le patient, celle qui exige plus de doigté, d’expérience et même d’humanité de la part du chirurgien.

 

C’est aussi celle qui coûte le plus cher ! Mais rajeunir de 10 ans en 3 heures reste une merveilleuse aventure que je suis prêt à suivre.

avril 27, 2015

Vous venez de subir l’implantation de prothèses mammaires pré-remplies de gel.

Les soins après Augmentation mammaire

Pour réaliser une augmentation mammaire de qualité top, nous posons actuellement des prothèses pré-remplies de gel de silicone à paroi  microtexturée pour diminuer les réactions du corps à type de coque. Elles sont très solides, fiables et résistantes à l’écrasement et au percement (gel très cohésif).Mes conseils après une opération d’augmentation mammaire correspondent à une longue pratique et visent à simplifier au maximum la gestion des suites post opératoires, tout en expliquent les quelques ennuis et inquiétudes que vous pouvez rencontrer!

le risque de coque précoce est très faible(< à 1% des cas!)

Néanmoins, il existe un petit risque de coque ; c’est à dire de cicatrices naturelles autour de la prothèse qui transforment celle-ci en sphère un peu dure (statistiquement 4 % des cas, parfois d’un seul côté !)

Ce risque est peu important mais il peut se produire sans que l’on puisse le prédire d’une patiente à l’autre.
La prothèse qui a la forme d’une galette a été introduite soit derrière la glande existante, soit parfois derrière le muscle grand pectoral.

La contraction périphérique va lui donner, petit à petit, une forme en hémisphère qui dessinera un sein naturel, le rendant plus joli qu’au début, en deux mois environ. La prothèse va aussi progressivement descendre entre 2 à 6 mois post-opératoires.

 les incisions pour augmentation mammaire:

Le plus souvent, nous utilisons une incision qui se suture dans l’aisselle, exceptionnellement, dans le sillon inférieur du sein. Parfois, une cicatrice à la jonction du rose et du blanc au pourtour de l’aréole car cette dernière incision peut conduire à blesser les nerfs de la sensibilité du mamelon.

les soins locaux après un abord axillaire(dans les plis naturels de  l’aisselle) sont réduits à une humidification douce par brumisateur, et séchage au séchoir à cheveux tiéde au travers des pansements conservés; voyez la vidéo tout en bas de l’article !

Les Pansements ne seront refiats que si nécessité ou problème

Le pansement éventuel que vous avez à la sortie de clinique sera refait au septième jour post-opératoire au cabinet,  plus précocément si se produit une hémorragie ou un écoulement à vérifier.

En cas de suppuration, il est capital de revenir consulter au plus tôt!

Des massages spécifiques seront utiles pour maintenir les implants rapprochés et souples

Ils ne sont pas essentiels si les implants ont été bien positionnés d’emblée!

Après 8 jours,Il est important, à ce moment là ,de faire des massages de votre poitrine pour maintenir les prothèses le plus bas possible dans une loge plus grande que la prothèse.

Il devient intéressant de masser sa poitrine en l’aplatissant et en tournant la main en formant un arc de cercle.
Vous pouvez même essayer de dormir sur votre poitrine quand les douleurs auront disparu.
Vous constaterez que le mamelon est un peu moins sensible ; ce qui est habituel pendant une durée de 5 à 6 mois. Parfois, à l’inverse, la sensibilité est augmentée et cela va se calmer progressivement. Tout écoulement par le mamelon doit vous inciter à revenir consulter.

augmentation mammaire : une auto-surveillance

Il est nécessaire de prendre sa température pendant quelques jours après l’intervention et de surveiller l’évolution locale. Il vous sera indiqué s’il est nécessaire de porter un soutien gorge.Mais les soutien gorge  armature ne seront conseillés qu’après 6 semaines , pour ne pas bloque le bon positionnement des implants, qui doivent en général descendre un peu après l’intervention.

Complications possibles après augmentation mammaire:

Des petites complications peuvent se produire : un hématome, c’est-à-dire, des bleus au niveau des seins qui se résorbent spontanément.

Parfois, un sein est un peu plus tendu que l’autre ce qui est lié à un épanchement de sang modéré.
Si par contre, l’hématome est un peu plus important et que le sein est tendu et très douloureux, cet hématome est expansif et il convient de l’évacuer rapidement au besoin par une reprise chirurgicale sous anesthésie locale.
La deuxième complication est constituée par l’infection qui est exceptionnelle et se traduit par des douleurs au niveau des seins, d’une rougeur assez diffuse, d’une montée de la température avec des douleurs pulsatiles (impression de coups de couteau ou de battements).

Dans ce cas, il est absolument indispensable de faire une évacuation de la prothèse et un nettoyage de la loge. Remettre la prothèse en place le même jour est un peu délicat mais possible 3 ou 4 mois après.
Le traitement antibiotique isolé n’a pratiquement aucune chance de faire céder l’infection et seule la reprise chirurgicale est concluante.
Cette infection, je le répète, est extrêmement rare et dans l’ensemble, l’implantation de prothèses donne un excellent résultat avec un galbe satisfaisant. Les massages sont importants pendant les 6 mois qui suivent l’intervention. Ils sont le gage d’une bonne souplesse et d’un bon résultat.

augmentation mammaire: les soins plus tardifs

Dans les suites opératoires, vers le 2ème ou 3ème mois, vous aurez l’impression que le sein grossit un peu. Il se produit une contraction autour de la prothèse la faisant plus saillante quelque soit sa position. Le sein a l’air de naître.
Il faut continuer les massages et la position sur le ventre la nuit de façon à garder la souplesse de votre poitrine. Il faut aussi apprendre à rapprocher les prothèses l’une contre l’autre au devant du sternum, pour obtenir une jolie vallée inter-mammaire.

N’hésitez pas à revenir en consultation en cas de problème car le suivi post-opératoire est important dans cette intervention.

Les prothèses mammaires d’aujourd’hui sont au point. Elles n’ont pas de degré zéro en matière de complications, mais lorsque l’opération est bien pratiquée techniquement et à bon escient, son résultat en est formidablement valorisant dans la vie de tous les jours !

cette vidéo complète ces informations importantes!

Augmentation mammaire après:Voici une vidéo d’explications des soins post opératoires:

 

Voici une vidéo rassurante de l’évolution de 2 patientes après 15 ans d’évolution:

avril 27, 2015

Vous venez d’être opéré d’une gynécomastie, qui est l’accumulation exagérée de graisse et de glande mammaire située sur la poitrine de l’homme.

Cet amas se  la glande mammaire excédentaire se trouve en avant du muscle pectoral ;

Elle est particulièrement disgracieuse chez l’homme jeune,d’autant qu’elle se présente d’une façon souvent asymétrique ;

la gynécomastie est rarement sensible à un traitement hormonal non chirurgical ;
La principale souffrance est psychologique car il est difficile au jeune homme  de s’habiller avec un tee shirt serré, ou de se montrer nu sur la plage, du fait du regard moqueur de l’entourage.
Parfois, cet amas graisseux  et glandulaire est associé à une infiltration graisseuse au niveau du ventre, des flancs, donnant une apparence vaguement féminine alors qu’on se sent psychologiquement extrêmement masculin et viril.
L’ablation des tissus excédentaires se fait par une incision hémi-aréolaire, (c’est à dire autour de la moitié de l’aréole).
Il faut parfois associer à cette ablation de glande une liposuccion au niveau des tissus graisseux du sein, voire des flancs ou du ventre.
Il est rare que l’on puisse se contenter de la simple liposuccion qui donne des résultats satisfaisants uniquement en cas de gynécomastie graisseuse pure : souvent la mammographie pré opératoire a pu déterminer quelle était la composante de graisse et de glande qu’il faut enlever.
Les principaux inconvénients de l’opération avec incision sont que l’on crée une cavité dans laquelle un hématome peut se produire.
Peu de temps après l’opération un pansement compressif est appliqué, qu’il faudra garder pendant 5 jours au moins.
A l’ablation du pansement il existe souvent un petit creux (là où se trouvait la glande; il faudra compter entre 6 mois et 1 an pour que les tissus graisseux se reformant, une couche graisseuse homogène puisse redonner une allure normale à la poitrine.
En tout cas dès l’ablation de la glande excédentaire, la saillie sous le tee shirt et supprimée.
C’est une opération qui est un petit peu douloureuse pendant 1 semaine ;

des massages en post opératoire seront indiqués au bout d’une quinzaine de jours pour essayer d’assouplir les tissus.
Si une simple liposuccion a été pratiquée, il y a une infiltration de sang et de lymphe qui ne rendra pas le résultat parfait avant le 4ème mois post opératoire.
Bien sûr l’amélioration est déjà rapide au bout d’une dizaine de jours, mais l’étape finale du résultat ne peut être jugée qu’au bout de 4 mois : l’amélioration étant très progressive entre 1 semaine et 4 mois.
Dans certains cas, la cicatrice présente des petites croûtes noirâtres qui sont du sang séché.
Il convient alors de mettre de la biafine ou de la vaseline puis de rincer avec une douche ou avec une bombe d’eau minérale pour décaper cette petite croûte.
Il ne vaut mieux ne pas l’arracher avec les doigts.
Lorsque la cicatrice est un peu hypertrophique, ce qui est rare, il peut être nécessaire de mettre en place un traitement local à base de crème cortisonée.
En tout cas c’est une opération qui donne une très grande satisfaction aux patients et dont les suites sont les plus souvent simples.
Les seules complications que nous avons observées sont des hématomes importants en post opératoire qui imposent donc une hospitalisation:au moins ceci permet de vérifier que tout va bien avant le retour au domicile.
A la fin de cette première nuit, les petits drains qui ont été mis en place pendant l’opération seront enlevés ce qui est une manœuvre indolore.
Le bon résultat de l’opération permet d’observer une véritable renaissance psychologique chez nos patients.

avril 27, 2015

lipofilling,liposculpture seins et reste du corps

Le lipofilling-que j’appelle aussi greffes dermograisseuses- permet de combler une insuffisance de tissu ou un comblement des parties corporelles non osseuses pour lesquelles le patient souhaite une augmentation de volume:

le lipofilling,liposculpture des  seins et du reste du corps est une opération écologique qui utilise vos propres cellules graisseuses, mais aussi des plaquettes, des cellules sanguines vivantes et du plasma: je ne pratique ni centrifugation ni manipulations autres qu’un simple décantage pour préparer les injectats.

Vous venez d’être opéré(e) d’une greffe dermo-graisseuse (ou lipofilling ou liposculpture):

il s’agit d’une opération qui consiste à prélever une greffe de derme et de graisse au niveau de l’abdomen ou de la fesse à l’aide d’une canule très fine, et de la placer au niveau, soit d’un creux ou une insuffisance de volume de votre corps,soit au niveau des sillons naso-géniens, ou dans le cas d’une dépression de la peau après une liposuccion. Ou encore ailleurs, dans un creux post traumatique, ou une dépression tissulaire congénitale- telle la maladie de Romberg au niveau du visage, ou de séquelles amyotrophiantes après polyomyélite.

Ces greffons ont la forme de graine de couscous;on les rassemble sous la forme et la dimension de petites allumettes.

Ces greffes vivantes seront introduites avec précaution et douceur dans un  tunnel foré à l’aide d’une canule de taille adaptée ;ils contiennent les miraculeuses cellules souches graisseuses,ouvrières à tout faire de la régénération!!

 

on ne greffe pas comme si injectait de la chantilly,mais comme si on repiquait dans une rizière!!

Les points fins sur les incisions sont résorbables entre le 6ème et le 15ème jour post-opératoire. Après l’opération, vous pouvez vous nettoyer avec l’eau de la douche, (à condition qu’elle ne soit pas polluée) et sécher les cicatrices.

lipofilling sein

livre du dr mitz sur la chirurgie mammaire

lipofilling des lèvres et des sillons nasogéniens

Dans le cas d’une ré-injection de graisse au niveau des lèvres, un gonflement peut persister, vous aurez quelques difficultés à pouvoir manger normalement pendant 6 à 8 jours. Il y a une desquamation de la lèvre qui est normale ; il suffit d’appliquer de la vaseline simple afin de faire tomber les croûtes résiduelles. La lèvre restera gonflée pendant une période de 3 semaines environ tout en sachant que l’on perd environ 30% du volume injecté.

La lèvre retrouvera toute sa sensibilité et sa mobilité aux environs d’un mois.

Il est possible que vous fassiez une réaction infectieuse au niveau de la zone injectée ; elle se manifeste par une rougeur, des élancements et bien souvent par une évacuation du greffon.

Dans ce cas précis, il est préférable de joindre le chirurgien ou de prendre contact avec le cabinet afin que vous soyez examinée rapidement;une évacuation de l’infection,faite au cabinet ,peut s’avérer necessaire.

lipofilling,liposculpture seins

Les résultats à long terme de cette méthode sont excellents.

Parfois, une retouche est utile pour en rajouter un peu en fonction du vieillissement ou des demandes spécifiques de chacun ; en effet la quantité de tissu qui prendra en une fois est fixe et on ne peut la dépasser: 30 % de la greffe persiste au maximum!

On peut donc être obligé de recommencer 3 fois pour obtenir le maximum de volume possible.

Plusieurs petites greffes seront donc utiles pour maximiser le résultat.

Voici un film vidéo qui vous montre des résultats après une puis deux séances de lipofilling des seins:

avril 26, 2015

patiente presentatnt une récidive de lourdeur des paupières supérieures

Par Vladimir MITZ
La chirurgie esthétique secondaire des paupières se révèle finalement assez fréquente.
Un certain nombre de patients expriment une insatisfaction liée à l’opération elle-même, mais parfois des défauts objectifs peuvent se manifester.

On peut incriminer :
1 – Une asymétrie de la cicatrice des paupières supérieures.
2- Une persistance d’une hernie graisseuse moyenne ou interne.
3- Au niveau de la paupière inférieure, la ré-apparition de poches graisseuses, surtout au niveau de la loge externe.
4 – Une insuffisance de résultat au niveau de la paupière inférieure, soit par une réduction cutanée trop timide, soit au contraire par une excision cutanée trop importante conduisant progressivement ou immédiatement à un ectropion post-opératoire.

Nous aurons ici en vue essentiellement les complications très légères ; nous mettrons de côté l’ectropion de la paupière inférieure, qui constitue une véritable complication post opératoire largement traitée par des articles et de nombreux auteurs.

Exemple n°1 : Monsieur D
Patient de 63 ans, en parfait état.

Il présente un excédent de peau et de graisse aux paupières supérieures, des poches aux paupières inférieures et un très discret excédent cutané.
Ce patient avait demandé d’être opéré uniquement de ses paupières inférieures.
La réduction cutanée a été modérée (3mm).
Les trois loges graisseuses ont été enlevées, quasi-symétriquement.

Environ 6 mois après la première opération il se produit une hernie graisseuse externe, encore plus importante qu’en pré opératoire.
Il s’agit donc véritablement de l’apparition d’un lipome orbitaire externe.

Ce patient a été ré-opéré ; le lipome lui-même a été enlevé, (c’était la seule demande du patient).
Après deux à trois mois où le patient est satisfait, progressivement réapparaît une petite hernie graisseuse, visible essentiellement dans le regard vers le haut, toujours au même endroit : tiers externe de la paupière inférieure gauche.

En appuyant sur le globe oculaire, on peut noter la récidive d’une petite hernie, de la taille d’un petit pois.

Une reprise par voie conjonctivale est effectuée, permettant l’ablation d’une petite hernie graisseuse externe.

Une coagulation assez extensive est menée : depuis le patient a été satisfait. Il n’y a pas eu de récidive.

Nous n’avons pas retrouvé dans la littérature de publications de cet ordre.

C’est pourquoi il nous a paru  intéressant de les mentionner, ainsi que la nécessité d’une action chirurgicale.

Toute autre action : laser, infiltration de corticoïde, ne peut conduire à un bon résultat.

Seule l’excision chirurgicale (qui peut dans ce cas se pratiquer par voie conjonctivale) peut permettre l’amélioration du résultat.

avril 26, 2015

Par le docteur Vladimir MITZ

S’il est une opération où il faut réussir du premier coup, c’est bien celle de l’augmentation mammaire !

En effet, cette opération d’augmentation des seins (relativement onéreuse) fait espérer aux patientes un résultat magique :

Le bon résultat d’une augmentation mammaire doit être immédiat, durable, et conforme aux attentes de la patiente par rapport aux explications qu’elle a reçu en pré-opératoire.

Or, ce n’est pas une opération facile :

Il convient en permanence de limiter les causes d’insatisfaction ou d’insuccès, voire d’erreur, qu’elle soit technique ou qu’elle soit non prévue, même pas signalée dans l’information pré opératoire.

historique

voici bien longtemps que les femmes aux petits seins rêvent d’une augmentation mammaire miraculeuse! Si l’implantation ancienne de boules en ivoire a été abandonnée très vite, d’autres procédés ont été utilisés avec des fortunes plutôt mauvaises: spaghettis de polyéthylène, fragments de derme déspécifié, lipomes recueillis ailleurs sur le corps…

Il a fallu attendre  le 20è siècle pour que l’idée de remplir de trop petits seins avec des membranes élastiques remplies de sérum physiologique marque un réel progrès: ce fut l’idée de l’inventif Dr Arion, fondateur d’une célèbre et toujours active marque de prothèses mammaires françaises!

mais l’augmentation mammaire a réellement pris son essor avec l’introduction de prothèses dont la paroi était en silicone: l’idée en revient aux américains Ger et Cronin, le premier ayant remarqué que les poches de transfusion sanguine étaient nouvellement protégées par des membranes en un nouveau matériau: la silicone!

Ces prothèses historiques en paroi silicone et remplies de gel de silicone  ont perduré pendant plus de 30 ans chez  les premières femmes ayant subi une augmentation mammaire esthétique…

Mais à long terme elles avaient tendance à donner des coques très dures, calcifiées, d’autant que Cronin leur avait adjoint un patch de dacron collant sur la face arrière, pour que ces prothèses collent aux tissus et ne s’échapassent pas!

Le taux de coques était élevé après augmentation des seins par cette méthode: près de 20% des cas; les progrès immenses des prothèses contemporaines, par la purification chimique des composants siliconés et une micro texturation de la paroi, ont abaissé le taux de coques post opératoires à moins de 2%!

les différents positionnements des prothèses mammaires

pour pouvoir comprendre les ennuis post opératoires, il faut réaliser que le chirurgien esthétique peut placer les implants de 3 manières différentes:

1)derrière la glande mammaire, ce qui est la position idéale; encore faut il qu’il existe des tissus de recouvrement satisfaisants, assez denses et épais; sinon les implants deviennent visibles, avec la formation de vagues et et des bords évidents; un lipofilling d’épaississement peut aider; sinon , il faudra placer les prothèses en rétro musculaire…

2)derrière le muscle pectoral: cette solution  a l’avantage de camoufler les prothèses derrière un rideau musculaire, et donc amoindrir sa visibilité en cas de glande mince et de peau maigre; mais l’inconvénient est que les prothèses vont bouger du fait de la contraction musculaire, parfois de façon comique pendant les exercices de gymnastique! Cette déformation s’atténue avec le temps, mais  elle peut préoccuper des patientes perfectionnistes.

de plus le placement des implants en rétro musculaire est douloureux pendant plusieurs jours, et ces implants peuvent demeurer très écartés à cause de l’action des fibres musculaires qui les repoussent sur les côtés;

3) »le dual plan »

Il s’agit de combiner les 2 techniques: les implants sont rétro musculaires dans leur pôle nord; et sous glandulaires ou sous cutanées dans leur pôle sud; Cette technique qui parait astucieuse expose en réalité à des déboires à moyen et long terme car elle peut associer les inconvénient, des 2 méthodes!!

Nous distinguerons quatre types de retouches qui nous paraissent être les plus fréquemment en cause :

1) : La mal façon immédiate, ou l’infection post opératoire

2) : L’apparition d’anomalies mammaires à type de vagues ou de coques moins fréquentes actuellement

3) L’insatisfaction à distance de l’opération mais pendant la période où les prothèses elles-mêmes sont encore parfaitement conservées et en bon état : exemple, une asymétrie mammaire persistante malgré une opération correctement pratiquée

4)le lymphome à grandes cellules, tumeur exceptionnelle liée à certains types de prothèses

1- les retouches précoces pré-opératoires :

En dehors des hématomes géants qui imposent une ré-intervention immédiate, les causes principales d’insatisfaction proviennent d’une mal-position des prothèses.

A cet égard il faut préciser que la technique qui (actuellement) me paraît la mieux adaptée aux patientes qui présentent des seins petits mais néanmoins existants est l’implantation des prothèses par voie axillaire rétro glandulaire et pré musculaire.

En cas de malposition manifeste, une réintervention doit être programmée rapidement;

En cad d’infection grave et profonde autour de la prothèse (biofilm!), la réintervention est souvent nécessaire avec parfois malheureusement un temps de dépose de l’implant, puis sa réintroduction après 4 mois.

2)  L’apparition d’anomalies mammaires à type de vagues ou de coques :

La remise en place de prothèses plus denses , plus volumineuses, et mieux remplies peut aider si des vagues apparaissent; parfois un changement de placement des implants en rétromusculaire pectoral sera la solution avec addition de lipofilling de remplissage autour de l’implant

3) L’insatisfaction à distance de l’opération :

elle peut provenir d’une asymétrie résiduelle intolérable, à corriger par changement d’implant:; un changement subit de la forme de l’implant peut être lié à une rotation de l’implant(la face avant passe en arrière, ou un implant anatomique a son bas qui se place en haut); une correction simple par manoeuvres externes peut être tentée en consultation  et réussit le plus souvent!

voyez la vidéo expliquant la manoeuvre de retournement des prothèses:    copiez dans votre moteur de recherche:http://dai.ly/x19y763

4) Une cause rare et sérieuse  de retouche nécessaire est l’apparition d’un lymphome  anaplasique à grandes cellules post opératoire tardif(LAGC)

il résulte d’une réaction cancéreuse à bas bruit à l’enveloppe siliconée de certains implants; la membrane qui entoure le gel peut être structurée de 3 façons différentes:

  • une membrane lisse , non attaquée par des produits de texturation: risque infime de lymphome!
  • une membrane filamenteuse , imitant les excroissances des couches de polyuréthane parfois employées par certains chirurgiens; ces membranes se brisent et sembleraient favoriser le LAGC
  • une membrane micro texturée, veloutée sans excroissances  qui comporte un risque très faible de LAGC; c’est mon choix favori pour une augmentation mammaire!+++

    Les signes évocateurs de LAGC  après augmentation mammaire datant de plusieurs années sont un accroissement du volume d’un sein ou des deux, l’apparition de zones dures périphériques; une écho et mammographie des  seins confirment  la présence de liquide autour des prothèses; une  ré-intervention est nécessaire pour explorer, vider le liquide, enlever l’ implant et la coque périprothètique,  et procéder à une analyse histologique de la paroi; si confirmation du LAGC il y a, un traitement chimiothérapique complémentaire sera prescrit, conduisant à la guérison dans la majorité des cas.

Heureusement ce scénario est absolument exceptionnel en matière d’augmentation mammaire; mais cela suffit pour que le suivi des patientes soit assidu et précis; nous attendons un registre national des patientes porteuses d’implants mammaires;

après les scandales PIP( le fabricant remplissait certaines prothèses avec un gel de silicone industriel, non médical!), celui des prothèses au gel trop fluide qui dissolvait les membranes protectrices dans les années 1998- ce qui avait conduit à proscrire les implants remplis de gel au profit d’implants gonflés au sérum physiologique(mais qui peuvent alors se dégonfler brutalement!), le temps semble venu d’une certaine confiance et paisibilité en ce qui concerne la technologie au point des prothèses mammaires contemporaines!

en conclusion, paix sur l’augmentation mammaire  aujourd’hui ; des progrès sont encore à prévoir; certains fabricants proposent des implants plus légers, adaptant une technologie de  l’aérospatiale pour remplir le gel de silicone de billes ultra légères; Mais prudence aussi, une technologie sûre vaut mieux que des expériences parfois désastreuses à long terme!

en tout cas , si insatisfaction il y a , une retouche s’imposera…peut être, car il faut toujours peser le bénéfice risque en matière d’augmentation mammaire.

i

avril 26, 2015
dessin de vladimir mitz au bistouri

être chirurgien esthétique à paris n’empêche pas d’écrire des articles professionels dans des revues anglo-saxonnes!

en voici un exemple pour montrer les avancées de la chirurgie esthétique!

« Chirurgie esthétique à Paris: Advances in Aesthetic Surgery »

advances_p1

avril 26, 2015
une statue antique impressionante

changement de prothèses mammaires par vladimir mitz

Le changement de prothèses mammaires reste un problème complexe; voici un article que nous avons écrit sur ce sujet à l’hôpital Boucicaut, aujourd’hui devenu immeuble anonyme!
du fait de mon ancienneté, j’ai une grande expérience des problèmes concernant les changements de prothèses anciennes!

les implants peuvent être calcifiés, rompus, vidés, douloureux,infectés, migrés…le changement se fait actuellement entre 8 et 18 ans après l’implantation, en fonction de l’état clinique, de la marque de l’implant(les  prothèses PIP sont à changer au plus vite…)

Le Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules est une nouvelle menace concernant les implants à paroi « chevelue »; Je ne les utilise pas , en pratique ! Heureusement il est rarissime…

 

implants_p1

changement de prothèses mammaires par vladimir mitz: Voici une vidéo d’explications: