Étiquette : réduction mammaire

mars 13, 2018
dernier livre du docteur vladimir mitz

.

Choisir de se faire réduire la poitrine n’est pas une décision à prendre à la légère. La réduction mammaire est une opération importante dont le docteur Vladimir Mitz, chirurgien esthétique à Paris et auteur du livre  » Chirurgie esthétique : pour ou contre « , nous explique les différentes étapes.

Lorsque la taille de la poitrine devient un handicap et crée des complexes, la réduction mammaire peut être une solution pour se réconcilier avec son corps. Mais avant de se lancer, il est important de bien se renseigner sur cette délicate opération de chirurgie esthétique.

QUELLES INDICATIONS POUR UNE RÉDUCTION MAMMAIRE ?

Deux raisons justifient le recours à une réduction mammaire : la raison fonctionnelle et la raison esthétique.  » Fonctionnelle, car des seins lourds et imposants créent des douleurs dans le dos et sont handicapants dans la vie de tous les jours, pour faire du sport par exemple « , explique le docteur Vladimir Mitz, chirurgien esthétique à Paris.  » Et esthétique, car des seins volumineux déforment la silhouette, ont tendance à tomber et la personne est constamment obligée de porter un soutien-gorge « .

Il faut savoir qu’un sein normal, de bonnet B ou C, pèse environ 400 grammes.  » C’est à partir d’un bonnet E, et surtout F, que les patientes les jugent trop gros et demandent parfois une réduction « , détaille le chirurgien. Ainsi, lorsqu’au minimum 300 grammes sont retirés par sein, cela est considéré comme une chirurgie réparatrice et est pris en charge par la Sécurité Sociale.

COMMENT SE DÉROULE L’OPÉRATION ?

Avant l’opération, le chirurgien va réaliser des dessins préopératoires sur la patiente. Sous anesthésie générale, cette dernière est assise lors de l’opération.  » Cela facilite la sculpture du sein « , précise le médecin. Ensuite, le chirurgien enlève la partie profonde de la glande, au plus près du muscle pectoral. La quantité de graisse enlevée varie selon l’âge.  » Une femme plus âgée, proche de la ménopause peut bénéficier seulement d’une liposuccion, ce qui permet de réduire grandement les cicatrices « . Tout ce qui sera retiré de la poitrine sera examiné par le chirurgien et envoyé en laboratoire. Cela a pour but de vérifier qu’il n’y a pas de tumeur qui était dissimulée.  » C’est très rare et concerne seulement 1 cas sur 400 « .

Le sein est ouvert en trois endroits différents, qui laisseront donc 3 cicatrices : celle autour de l’aréole, celle verticale sous le sein et celle horizontale à la base du sein. Ces deux dernières forment un  » T « .  » Aujourd’hui, la cicatrice verticale a été allongé afin de faire des seins plus  » érotiques  » qui pointent plus vers l’avant, et la cicatrice horizontale a énormément diminué « , détaille le Dr Vladimir Mitz.

Y A-T-IL UNE PERTE DE SENSIBILITÉ ?

Après l’opération, le sein apparaît toujours un peu trop haut, car le chirurgien sur-corrige l’effet de la pesanteur afin d’anticiper, en fonction de la qualité des tissus, le fait que le sein va retomber.  » Le sein sera stabilisé dans les 4 à 6 mois suivant l’opération et les cicatrices deviennent jolies au bout de 2 ans « . Dans 5% des cas survient une perte de la sensibilité.  » L’insensibilité se produit le plus souvent dans des cas de réduction massive, soit plus de 500 g par sein « , précise le médecin. Dans la majorité de ces cas, la sensibilité revient avec le temps.

QUELLES PEUVENT ÊTRE LES COMPLICATIONS ?

Comme pour toute opération, plusieurs complications peuvent survenir :

  • la nécrose de l’aréole et du mamelon.  » Cela est très rare et réparable. Cette complication est majoritairement liée à une faute technique où le chirurgien a sectionné involontairement des vaisseaux sanguins « .

  • l’infection postopératoire.  » Elle est causée par un microbe issu du corps de la patiente (angine, infection urinaire…) d’où la nécessité d’une consultation avec l’anesthésiste avant l’opération, pouvant conduire à l’annulation de l’opération « .

  • un hématome post-opératoire. «  Sous l’effet d’un choc émotionnel, la tension de la patiente monte d’un coup ce qui fait sauter les caillots sanguins du sein fraîchement opéré comme un bouchon de champagne. Le sang se met alors à couler à l’intérieur du sein « .

Une réintervention n’est réalisée que dans 5% des cas. La cause est souvent une récidive de l’hypertrophie du sein dû à la croissance hormonale lorsque l’opération a été faite sur une jeune patiente ou qu’il y a eu une prise de poids, une grossesse, etc.  » Cela peut aussi être une correction de la symétrie qui n’est pas toujours facile à obtenir du premier coup « .

UNE OPÉRATION QUI A ÉVOLUÉ

Le suivi post-opératoire obéit à la règle des 6 :

  • Premier changement de pansement 6 jours après l’opération.  » Aujourd’hui les fils sont tous résorbables, il n’est donc pas nécessaire de les enlever « .

  • Contrôle de sécurité à la 6ème semaine, afin de voir si tout va bien.

  • Contrôle d’évaluation et de stabilisation au bout de 6 mois

Cette opération a beaucoup évolué depuis les dernières décennies. « Avant les patientes saignaient énormément au cours de l’intervention ce qui nécessitait des transfusions. Ce n’est aujourd’hui plus le cas, car le saignement a été énormément diminué grâce à des infiltrations d’adrénaline et de produits anesthésiants « , détaille le chirurgien. Aujourd’hui, dans 99% des cas, le mamelon et l’aréole sont intacts. Les techniques modernes permettent également au sein de garder sa fonction première qui est d’allaiter.

avril 27, 2015

Vous venez d’être opérée d’une hypertrophie ou ptôse mammaire.
L’opération consiste à remodeler la peau et la glande pour les remettre dans une meilleure position et leur donner une forme plus avantageuse.
Il existe des cicatrices variables autour des aréoles,  verticale sous les aréoles et une courte dans le sillon sous mammaire. Ces cicatrices vont progressivement s’atténuer.

Vous n’aurez que peu de douleurs à la fin de l’intervention car le pansement qui a été fait soutient parfaitement la poitrine.

quoique léger,il est perméable à l’air ,et efficace;
Le lendemain de votre opération un nouveau pansement pourra être éventuellement refait afin que vous puissiez avoir déjà la forme des seins opérés ; dans d’autres cas, un pansement compressif sera remis en place jusqu’au 6ème 7ème jour post-opératoire. A ce moment là vous devrez prévoir et ne pas oublier un soutien-gorge qui vous maintiendra bien la poitrine en place (il permet de comprimer la cicatrice ,par exemple un soutien-gorge de sport en lycra boutonnable en avant.)
Les agrafes seront retirées  entre 7 et 14 jours post-opératoire ; il vous sera possible de vous doucher et de sécher les plaies au sèche cheveux tiède le jour même ainsi que les jours suivants.Un brumisateur d’eau fraiche fait aussi parfaitement l’affaire!
Vous aurez un deuxième rendez-vous de soin vers le 14ème jour où seront enlevés les derniers fils ; il est utile de porter un soutien-gorge  tres léger jour et nuit pendant un mois.Puis à votre guise,car il faut érotiser l’entourage!
Vous verrez votre poitrine évoluer pendant les 3 mois qui suivent.
Les seins vont en effet, un peu retomber car, en fin d’intervention, ils ont été volontairement placés trop haut et ont un aspect un peu en « concorde » c’est à dire que le mamelon louche un peu vers le bas. Mais, ceci s’amende très rapidement, et en 3 mois votre sein va prendre une forme plus naturelle du fait de la pesanteur.

La sensibilité des mamelons est diminuée pendant une période de 4 à 6 mois. Mais, vous pourrez exposer votre poitrine, sur le plan érotique, à partir de la fin du 1er mois.

en post op immédiat,encore à la clinique,Une complication à redouter, un hématome expansif très important peut se constituer : le sein gonfle rapidement, devient très douloureux et saigne au-dessus du pansement. Dans ces conditions, il faut  appeler l’infirmière car une geste chirurgical peut s’avérer nécessaire :  cette complication survient dans les heures qui suivent l’opération, pendant l’hospitalisation. ,et impose une reprise bénigne en bloc opératoire;votre chirurgien sera appelé en urgence!
Heureusement, cette complication est très rare et survient dans un cas sur 200.
Les petites complications qui peuvent survenir sont les 2 types : des petits hématomes bénins autour des mamelons et une impression de tension sur les seins ou des petites douleurs ou un petit suintement de la partie basse de la cicatrice.
Tous ces petits ennuis peuvent être facilement corrigés et ne nécessitent pas de réintervention urgente : il suffit d’appeler l’infirmière qui vous conseillera sur la meilleure conduite à tenir dans chaque cas.
Une dernière complication est à mentionner mais tout à fait exceptionnelle : c’est la nécrose du mamelon.
En effet, dans certains cas de gigantomastie par exemple, la chirurgie effectuée autour du mamelon peut entraîner des petits problèmes dans sa vascularisation. Des soins sont être nécessaires pendant une période de 6 semaines à 2 mois, tant que tous les mauvais tissus ne seront pas éliminés : une chirurgie secondaire peut être indiquée, permettant de reconstituer le mamelon.
Heureusement, avec notre technique, cette complication est absolument exceptionnelle.
Vous pourrez faire bronzer vos cicatrices dès la 6ème semaine post-opératoire.
En tout cas, dans les premières semaines post-opératoires les cicatrices sont nettes et minces et vont progressivement se modifier et devenir plus visibles, sensiblement plus grosse. Elles resteront ainsi pendant quelques mois. Pendant cette période, il faut que vous fassiez des massages : ces automassages sont très importants pour réorganiser les cellules de la cicatrice, ils permettent d’aplanir et d’affiner la cicatrice.
Considérez donc importants ces massages si vous voulez avoir les cicatrices les plus jolies possibles.
L’opération de plastie mammaire est particulièrement au point et vous donnera un bon résultat si elle est pratiquée dans de bonnes conditions tant médicales que psychologiques.
Nous avons mis au point des opérations à cicatrices limitées (parfois réduites à la seule sous mammaire ou à la seule péri-aréolaire) qui pourront vous être proposées si votre cas le permet.

Un dernier conseil : plus jeune l’opération sera pratiquée, meilleur sera le résultat !car le bénéfice physique et psychique seront présents plus vite!

ci dessous  des explications en vidéo sur la réduction  esthétique et fonctionnelle  de l’hypertrophie mammaire: