Dernières opérations

Étiquette : SMAS

septembre 2, 2018
les ligaments du visage pendant un microlift
les ligaments du visage pendant un microlift

les ligaments du visage pendant un microlift

lifting du visage: ce qui maintient nos traits

schéma des ligaments et du Smas en vert

schéma des ligaments et du Smas en vert

Lifting du visage: ce qui maintient nos traits est fin et fragile! 

Comment notre visage est-il stabilisé en profondeur?

la réponse est: grâce à des adhérences entre le Smas (que j’ai décrit en 1974) et la couche profonde du derme; ces adhérences sont faites de ligaments(ligaments de Furnas) et de faisceaux de collagène, de microvaisseaux, de nerfs sensitifs ténus; Un schéma  vous explique cette anatomie secrète, telle que le chirurgien la découvre  en pratiquant des liftings du visage, ou lissage facial;

Au cours du lifting du visage, ce qui maintient nos traits est donc une structure fragiel, qui vieillit de par le temps, d’une façon très variable d’un sujet à l’autre; Notamment, la répartition et la solidité des fibres élastiques est un élément déterminant de notre résistance au vieillissement.

Lifting du visage: ce qui maintient nos traits doit il être libéré ou préservé?

La règle habituelle a été de couper ces adhérences et ligaments , afin de retendre la peau harmonieusement au cours des liftings cervi-faciaux;

Mais j’ai tenté depuis 2014 de modifier cette approche invasive pour pratiquer dans certains cas de vieillssement précoce, une opération que j’ai appellé le microlift facial, dans lequel ces ligaments ne sont pas sectionnés, tout juste un peu libérés; le plan de séparation est sous le SMAS, ce qui permet de retendre l’ensemble peau+Smas d’un bloc, comme si on tirait la couverure du lit avec son drap , pour repositionner en monobloc les tissus affaissés.

On y gagne en suites opératoires plus simples, moins de gonflement_ mais c’est une opération réservée à des cas de vieillissement débutant!

Lifting du visage: ce qui maintient nos traits: conclusion

Les ligaments et adhérences qui fixent nos traits en profondeur sont précieux, Ô combien!

Cette innovation de tenter de les préserver dans la msure du possible a sans doute un intérêt pour les patientes qui désirent un rajeunissement facial, qui perdure plus longtemps que les fils tenseurs, car cette méthode du microlift s’accompagne, quand même d’enlèvement substantiel de peau autour de l’.oreille.

voyez pour plus de détails:https://sites.google.com/site/smasliftcom/home

 

août 2, 2018

 

Le lifting du visage et la restauration des volumes perdus de la face :

Le visage perd de son volume dans le temps: des études par IRM démontrent clairement ce processus inéluctable;Le lifting du visage et la restauration des volumes perdus de la face doivent donc être associés pour obtenir le meilleur résultat possible:

Y-a-til véritablement perte de volume des tissus faciaux?

La réponse est scientifiquement, oui; Même l’os perd en partie de son volume, sur des bilans radiographiques à longue échéance; Les tissus graisseux se résorbent chez certains patients, squeletisant le visage ou les orbites; le derme cutané s’atrophie, les fibres élastiques se fragmentent.

Dans d’autres cas, ce sont  tissus gras qui prolifèrent, arrondissant la face, mais les autres structures s’amincissent néanmoins.

Associer le lifting et des armes modernes du rajeunissement chirurgical du visage, tel le lipofilling ou les augmentations réparatrices de volume grâce aux fillers stables tels l’acide hyaluronique très réticulé, sont devenu très efficaces et restaurent ainsi le  naturel, tout en demeurant subtilement rajeunissants.

Le visage se creuse avec le temps dans certaines familles: au niveau des tempes, des orbites, des paupières, les joues perdent du volume;la peau s’affine, elles se marque de taches brunâtres, il semble que les structures osseuses  perdent un peu de leur matrice calcaire.

Que peut on faire pour réparer ces pertes volumiques ?

Le principe est de réparer les structures en incorporant structure pour structure: greffe osseuse pour restaurer les pertes de volume osseux, adipocytes pour réparer les fontes de volume sous cutané; mais les greffes osseuses sont malaisées à effectuer, on substitue donc à l’os des implants en silicone, ou on pratique plusieurs couches de greffes dermograisseuses, car elles ont tendance à fondre au bout d’une seule application.

la restauration des volumes du visage en même temps qu’un lifting cervico facial a été envisagée et est même devenue ainsi un must au cours des opérations de rajeunissement de la face; 

Depuis les années 1980, j’utilisais des fragments de SMAS ou  des cellules dermograisseuses prélevées sur le patient au cours de l’opération pour étoffer les lèvres déficientes, les joues creuses ou les pommettes trop plates.J’avais présenté le « lifting volumétrique cervicofacial biplan » devant le grand chirurgien brésilien, Ivo Pitanguy,  au cours d’un congrès brésilien à RIO de Janeiro!

Depuis, la restauration volumétrique  par lipofilling a fait son chemin!

dans le journal américain « plastic et reconstructive surgery « du mois de juin 2014:

des auteurs (dont le texan Rod Rohrich)plaident  de plus en plus pour la combinaison d’un lifting du visage associé à une restauration concomitante des volumes, qui chez certains patients, subissent une atrophie: le visage se creuse,et donne à voir une squelettisation de la face! 

Les résultats présentés par cette équipe américaine confirment nos propres observations: pour obtenir un beau lifting cervico-facial, il ne suffit pas de remonter correctement les tissus ptosés, mais aussi de retrouver les rondeurs de la jeunesse heureuse; d’ailleurs, un chirurgien français plaidait déjà en faveur de cette attitude de remplissage, en réalisant des »baby-face », dans les années 2000: le Dr M.BON!

A l’époque je plaidais pour un lifting biplan-donc remontant le SMAS au devant des pommettes-,associé à un repulpage léger des lèvres avec de bandelettes de SMAS,et un lipofilling(greffe de votre propre graisse)des sillons nasogéniens et des plis d’amertume;

Ci dessous un exemple de lifting volumétrique réussi:

patiente avant lifting volumétrique

patiente avec bajoues et fonte graisseuse devant l’oreille

patiente après lifting biplan

La même patiente après lifting volumétrique, redrapage biplan, et lipofilling zygomatico-malaire et des lèvres

 

 

mars 19, 2018

Réussir son lifting  par le docteur Vladimir Mitz chirurgien esthétique à Paris

lifting peau +smas avant

lifting cervicofacial biplan avant

 

aspect après 1 an post op lifting, réussir son lifting!

Dans mon dernier livre , chirurgie esthétique pour ou contre!, je parle beaucoup des ratés de la chirurgie esthétique! Un lifting du visage raté est vécu comme une véritable catastrophe par les patients furieux d’un résultat inattendu, surprenant, dévalorisant.

Un lifting raté  est souvent caractérisé par une dépression intériorisée, et  des difficultés pour  surmonter les angoisses du quotidien; mais comment réussir son lifting? quels sont les risques encourus?

les différents types de lifting

Quand on parle de liftings, on caractérise en fait beaucoup de choses différentes car il y a plusieurs types de liftings du visage,  dont les suites opératoires sont très différentes;

entre les petits lifting type minilift, et le grand lifting cervico-facial avec des décollements étendus, se situent une multitudes de liftings de gravité intermédiaire: lifting malaire(que les pommettes), cervical pur (que le cou) facial supérieur(que les bajoues) ,  le microlift(peau et SMAS ensemble)il y a des différences évolutives considérables ;

il existe des lifting plus localisés ou “exotiques’, tel le lifting temporal  (relever la queue du sourcil), ou cervical pur (dégraisser et retendre le cou), le lifting frontal endoscopique (pour lisser et dérider le front, et retendre les pommettes sans cicatrices longues), le lifting de la main (pour lisser le dos de la main), le lifting vampire: celui-ci consiste à réinjecter des composants biologiques de votre propre sang (le PRP) il est actuellement très discuté au niveau de son efficacité !

 

Lifting cervico-facial: les complications des liftings

Les complications en sont très variables,  mais toujours extrêmement mal vécues par les patients qui en sont les victimes;

le  lifting du visage le plus fréquent est dit cervico-facial  : on retend toute la peau du visage et du cou;on y ajoute, quand on sait le faire, la rotation du SMAS en profondeur, ce qui  est un moyen  supplémentaire pour améliorer les résultats- mais techniquement plus difficile!

Ce que l’on craint, est d’abord l’hématome géant qui impose une reintervention rapide; plus tard dans l’évolution , on redoute:

  • L’infection primaire ou secondaire, sans parler des petites intolérances aux fils de suture
  • les paralysies partielles(exceptionnellement totale d’une hémiface!!), par blessure nerveuse-mais elles ont de bonnes chances de récupérer en quelques mois!
  • les mauvaises cicatrisations  imprévisibles le plus souvent,
  • les nécroses(mort noire de la peau dévascularisée) sont la rançon de gestes défectueux ou de tissus fragiles qui ne supportent pas le moindre décollement, ou la tension excessive au moment de suturer!
  • un résultat insuffisant peut également ennuyer les patientes ;or un lifting partiel ne peut pas donner  de résultats globaux sur le visage;une déception peut s’insinuer du fait du caractère trop discret de l’amélioration constatée. Cette déception après quelques mois  d’évolution peut causer des récriminations, pas toujours faciles à gérer, car une retouche chirurgicale devra être envisagée;
  • un vieillissement dysharmonieux peut succéder à un lifting partiel du visage, quand le cou non traité, va se détériorer alors que la face reste stable.

 

Lifting du visage :les preuves photographiques photos avant après

les images de lifting avant après sont souvent très parlantes,mais ne correspondent qu’à un moment figé par la photo; rien n’est dit sur les mouvements, les paralysies éventuelles et surtout sur les phénomènes de vieillissement secondaire qui  peuvent apparaître entre 6 mois et 1 an  post-opératoire

De plus quand on parle de lifting, certains entendent lifting  des fesses des cuisses des bras et ne pensent pas obligatoirement au visage…

L’essentiel pour un lifting -quel que soit son niveau d’application-est de ne pas être raté, notamment au niveau du visage; pour cela il convient que le lifting reste naturel -mais on ne peut pas concevoir un lifting du visage sans chirurgie:  l’invention des fils tenseurs qui consiste à retendre la peau grâce à des petits fil crochus est très intéressante en théorie, mais les effets de ces interventions sont  limités dans le temps, car ces procédés n’enlèvent pas de peau!

 

 combien coûte un lifting du visage?

ce qui intéresse le plus les patients  en général c’est non seulement la durabilité du lifting mais aussi son prix .

Les prix  varient  considérablement en fonction de la notoriété du chirurgien, de ses qualités techniques, de l’endroit où il opère, des conditions d’hospitalisation,des soins et de l’anesthésie nécessaires dans  l’établissement où a lieu l’intervention;

la fourchette des prix pour  un lifting du visage oscille entre 5000 et 12000 €

Ces chiffres disparates recouvrent néanmoins des actions complexes voire associées , comme celle de pratiquer une augmentation volumétrique du visage ,ou un geste  au niveau des paupières ou un dégraissage du cou, ou du double menton.

C’est donc en discutant au préalable avec votre chirurgien  que vous pourrez avoir une idée plus précise de ce qu’il faudra payer;

 

lifting du visage :devis et informations préalables

un devis préalable détaillé devra vous être remis et signé par vous et par le praticien;

Enfin des informations claires et personnalisées vous seront fournis, au besoin avec des schémas pré opératoires concernant les cicatrices du lifting qui est envisagé , et de ses vecteurs de tension.

 

lifting cervicofacial :réparer un lifting raté?

La réparation d’un lifting raté n’est pas simple; dans certains cas il suffit de retoucher le lifting en faisant des excisions cutanées différenciées pour retrouver une harmonie de répartition des tissus

s’il existe une simple dégradation,  il faut refaire l’ablation de la peau excédentaire; parfois il faudra repositionner  le SMAS,s’il n’a pas été placée dans la bonne position;

par contre s’il existe des déformations au niveau du sourire, une paralysie faciale au niveau des sourcils ou ou d’une hémilèvre qui pendouille, la réparation sera plus délicate;

il faudra symétriser les lèvres, ou  la mobilité paradoxale d’un sourcil par rapport à l’autre grâce à l’utilisation de la toxine botulique:celle-ci  pourra aider plus simplement que nos interventions

lifting du visage:en conclusion

un lifting raté est une catastrophe technique et humaine

– technique pour le chirurgien qui a mal réalisé et qui doit rattraper l’erreur par une retouche pas toujours facile

–  humaine pour le patient,  qui vit très mal cette phase heureusement transitoire où il n’ose plus se montrer et ou intérieurement il accumule les rancoeurs r et les désillusions.

 

Heureusement les chirurgiens esthétiques notamment à Paris, bien formés à la chirurgie réparatrice, sont capables de corriger les déformations consécutives à un mauvais  lifting du visage

 

avril 26, 2015

laurent terzieff âgé

laurent Terzieff jeune

LA RETOUCHE DANS LE Dla retouche en matière lifting cervicofacial  ou même de microlift interesse environ 5% des patients, à cause de la fracture invisible à l’oeil nu,des fibres élastiques du derme et du SMAS!

Peu d’opérations demandent autant de précision et de constance dans le résultat que le lifting cervico-facial, partiel ou total.

Les patientes sont extrêmement exigeantes en ce qui concerne la qualité et la stabilité des résultats.Mais la retouche fait partie des infos que l’on donne au cours des premières consultations , car elle doit toujours être envisagée pour parvenir au meilleur résultat possible!

pourquoi une retouche?

Toute détérioration qui peut survenir (entre 6 mois et 1 an après l’acte opératoire)  rend les patientes insatisfaites, très en colère: elles exigent une réparation.

Ce d’autant plus qu’il y a un œdème post opératoire important ; elles se rendent bien compte que les tissus ont alors été distendus par l’œdème inattendu et inquiétant.

Elles craignent que le résultat ne sera pas aussi merveilleux que ce à quoi le chirurgien les avaient engagé à espérer ; elles sont demandeuses d’une reprise aussi rapide que possible, presque en urgence.

accepter une retouche?

pour les patientes insatisfaites, la retouche est quasiment exigée, mais son tarif fait peur!

Au demeurant, ipour nous chirurgiens, l faut être assez large dans ces indications de retouches ; on peut distinguer plusieurs types :

1- La retouche minime partielle : en fait une simple reprise des cicatrices qui sont distendues au niveau cervical, temporal, ou pré-auriculaire, avec un décollement cutané modéré.
2- Une reprise avec décollement cutané segmentaire étendu : soit au niveau des bajoues, soit au niveau du cou, voire les deux.
3- Une reprise totale avec réfection complète de l’opération  et parfois adjonction d’un geste encore plus important sur le smas génio parotidien ou le plastysma.

L’indication de chacune de ces reprises doit être exposée, compte tenu de ce qui a été fait antérieurement, de la psychologie propre de la patiente, et aussi des possibilités financières qui résultent d’une négociation assez ardue.

En effet, pour les patientes, la retouche chirurgicale fait totalement partie de l’engagement du premier paiement, sorte de contrat à durée indéterminée.

comment évaluer le coût de la retouche?

Pour nous, entrent en ligne de compte d’autres facteurs :
– détérioration liée au mode de vie,
– mauvaise hygiène alimentaire,
– facteur génétique non contrôlable,
– exigence particulière de la patiente,
– vieillissement subit, inattendu et assez brutal.

Il n’y a donc pas de règle en ce qui concerne le montant financier à évaluer de la retouche chirurgicale;le fait de chiffrer des honoraires de retouche n’est pas scandaleux, mais sera expliqué et dicuté en fonction de chaque cas particuler ,pour servir au mieuxles intérêts réciproques..

Il est bien entendu que les frais de clinique et d’anesthésie doivent être payés par la patiente ; Mais les honoraires chirurgicaux doivent être calculés avec encore plus de tact et de mesure de façon à ne pas froisser la patiente et la conduire à aller consulter quelqu’un autre, qui aura beau jeu de médire du premier chirurgien ;
d’autre part il faut faire comprendre à la patiente qu’il y a néanmoins un risque ; seul l’argent à payer la fera réfléchir, comme le disait notre maître Raymond VILAIN.